Attentats de Paris | Cérémonies d’hommage aux victimes

Mardi 17 novembre, Mme Véronique Vouland-Aneini, Ambassadeur de France à Madagascar, a reçu la communauté française ainsi que les autorités malgaches à travers une délégation de 18 membres du gouvernement lors d’une cérémonie de recueillement et d’hommage aux victimes des attentats de Paris.

Fleurs déposées devant l'Ambassade de France, Antananarivo
Les agents de l'Ambassade de France et du Consulat Général réunis pour une minute de silence, Antananarivo
Cérémonie d'hommage aux victimes, à la Résidence de France, Antananarivo
Ouverture d'un registre de condoléances à la Résidence de France, Antananarivo
Ouverture d'un registre de condoléances à l'Ambassade de France, Antananarivo
Allocution de l'Ambassadeur de France lors de la cérémonie d'hommage aux victimes à la résidence de France, Antananarivo
Gerbe de fleurs en hommage aux victimes des attentats de Paris, Résidence de France, Antananarivo
Plus de 550 personnes se sont rendues à la cérémonie d'hommage aux victimes des attentats de Paris à la Résidence de France, Antananarivo
Hommage aux victimes des attentats de Paris, Majunga
Hommage aux victimes des attentats de Paris, Antsirabé
Hommage aux victimes des attentats de Paris, Diego Suarez
Hommage aux victimes des attentats de Paris, Fianarantsoa
Hommage aux victimes des attentats de Paris, Tamatave

Forte mobilisation de la communauté française à Madagascar

Plus de 550 personnes ont rendu hommage aux victimes des attentats de Paris madi 17 novembre à la Résidence de France à Antananarivo. En province, cet élan de solidarité s’est également manifesté par des cérémonies de recueillement organisées dans de nombreuses villes, comme Majunga, Diego-Suarez, Tamatave, Antsirabe, Nosy-Be, Tuléar, Fianarantsoa, etc.
Au total, ces hommages ont rassemblé plus de 1 400 personnes à travers 11 villes à Madagascar. L’Ambassade de France vous remercie pour les chaleureux messages de solidarité transmis par les plus hautes autorités, par les citoyens malgaches et par les ressortissants français de Madagascar.

Allocution de l’Ambassadeur de France à Madagascar, Mme. Véronique Vouland-Aneini, prononcée le 17 novembre 2015 à la Résidence de France, suite aux attentats perpétrés à Paris, le 13 novembre 2015.

Chers Compatriotes,

Notre pays vient d’être frappé par des attaques terroristes d’une violence sans précédent. Des hommes, des femmes, des jeunes sans défense ont été sauvagement pris pour cible. 129 ont perdu la vie, 80 d’entre eux luttent contre la mort, des centaines sont blessés. L’État d’urgence a été décrété.

La France a été touchée dans sa chair, elle l’est aussi dans ce qu’elle symbolise, dans son esprit, son art de vivre, ses valeurs. Paris et notre hymne national sont devenus en quelques heures partout dans le monde l’incarnation de la résistance à la terreur, à l’obscurantisme, au fanatisme, car chacun a ressenti le coup porté à la France comme une agression contre soi même

Les attaques ont été revendiquées par Daech, État islamique en Irak et au Levant, organisation criminelle qui a déjà fait des centaines de milliers de victimes au Moyen orient. Elle s’attaque aujourd’hui à la France, et à travers elle, à toutes les sociétés qui comme la nôtre, privilégient le respect de la personne humaine, de la vie d’autrui, les sociétés où on peut vivre en commun avec ses différences, à toutes les sociétés qui se construisent dans la démocratie.

Ce que veut cette organisation terroriste, c’est nous faire peur, nous diviser et créer le chaos propice à leur dessein de destruction et de mort.

Ils n’y parviendront pas. Certes il s’agit d’adversaires redoutables et nous allons devoir mener un long combat. Nous y sommes prêts. La grande dignité des Parisiens qui se rassemblent place de la République malgré la menace montre que le peuple garde son sang - froid. Les propositions faites hier devant tous les représentants de la Nation, réunies en Congrès, par le Président de la République, montrent également que, dans ce combat qu’il veut sans pitié et sans trêve, la France continuera à être un État de droit, fidèle à ses principes de liberté, d’égalité et de fraternité.

Quels que soient le courage et la détermination des Français contre ce fléau, nous ne réussirons pas seul. Un appel à nos voisins européens, à nos principaux alliés a été lancé. Une vaste coalition pourrait voir le jour. Après l’expression unanime de la compassion, il est temps d’agir.

Ici à Madagascar, l’État a immédiatement témoigné de sa solidarité, pris des mesures pour protéger et rassurer. Dans toutes les grandes villes les Préfets sont en liaison avec les Consuls et s’organisent. Devant la gravité de la menace il ne faut rien laisser au hasard.

Mesdames et Messieurs les Ministres soyez en chaleureusement remerciés.

De très nombreux citoyens anonymes ont déposé des fleurs devant l’Ambassade, ont envoyé des témoignages de soutien. Ces messages s’adressent à vous, à nous tous, membres de la communauté française de Madagascar évidemment choqués par cette tragédie et nous sont d’un grand réconfort.

Nous achevons un deuil national de trois jours et les images des trop nombreuses victimes continuent de nous hanter. Si, à l’heure actuelle, aucun Malgache n’a été signalé parmi les victimes de ces attentats, Madagascar pleure aujourd’hui Véronique Geoffroy de Bourgies, fondatrice de l’association Zazakely Sambatra, mère adoptive de deux jeunes malgaches et qui grâce à son réseau a pu financer de nombreux projets au profit d’enfants en difficulté.

Nous sommes ici rassemblés à la fois très loin de notre pays et très proche, puisque nous savons compter sur les nombreux amis qui se sont associés à cette cérémonie, pour honorer sa mémoire et la mémoire de toutes les victimes, de 19 nationalités différentes, livrées sans défense à leur bourreaux.

Je vous invite à observer, pour elles, une minute de silence.

Nous allons maintenant écouter la Marseillaise qui a retenti partout sans le monde ces derniers jours sans doute pour montrer à la France qu’elle n’est pas seule et ne doit renoncer à ce qui fait son universalité./.

Dernière modification : 16/12/2015

Haut de page