Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones : Allocution de M. l’Ambassadeur de France (2 nov 2010)

Allocution de M. Jean-Marc Châtaigner, Ambassadeur de la République française auprès de la République malgache à l’occasion de la tenue de l’assemblée générale de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones (CPCCAF)


Tananarive, le 02/11/2010

Chers Présidents, Chers délégués, Mesdames et Messieurs les représentants du corps diplomatique et consulaire, Chers invités, Chers amis,

J’ai l’honneur de vous accueillir à la Résidence à l’occasion de la tenue de l’assemblée générale de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones (CPCCAF). Il s’agit d’un événement international majeur pour Madagascar qui est l’occasion de réunir un réseau constitué des chambres consulaires d’Afrique et du monde francophone, soit 27 pays représentés.

Nous avons aussi le plaisir de recevoir une délégation impressionnante de 22 entreprises françaises et belges, emmenées par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Tananarive et les Chambres de Commerce et d’Industrie françaises. Il s’agit d’une première dans le cadre des rencontres du réseau de la CPCCAF. Les secteurs représentés sont variés : énergies renouvelables qui constituent à mon sens la véritbale solution durable au déficit énergétique du pays, les matériels électriques, l’alimentation animale qui est l’une des clés d’une filière animale plus performante, le second œuvre du bâtiment, les équipements de lutte contre les incendies dont je n’ai pas besoin de souligner le besoin urgent ici. Vous m’excuserez évidemment de ne pas citer tout le monde. Ce large éventail laisse augurer de nouveaux développements commerciaux et je souhaite que ces entreprises ainsi que d’autres à venir continuent de démarcher activement les partenaires malgaches.

Je l’ai déjà dit. Je vous le répète, car ce n’est pas un secret. Madagascar a tous les atouts, les ressources naturelles, les capacités humaines, pour connaître un décollage économique rapide, un décollage économique à l’asiatique, qui en fera certainement une des locomotives de l’Océan Indien, un dragon d’Afrique. De nombreuses entreprises l’ont compris et visitent régulièrement la Grande Ile, y compris en cette période de crise. Les affaires se préparent maintenant en vue de la sortie de crise politique que nous espérons tous la plus rapide possible. Les investissements d’aujourd’hui sont les garants de la paix, de la stabilité démocratique et de la croissance de demain.

Je tiens à partager avec vous quelques chiffres qui résument les liens économiques entre la France et Madagascar : la France est, de très loin, le premier client historique de Madagascar en absorbant 38% des exportations malgaches. C’est aussi sont son troisième fournisseur, et l’un des principaux investisseurs directs étrangers avec une présence économique et culturelle large, plus de 600 entreprises françaises présentes à Madagascar, une population de 25 000 ressortissants français dont une part de Malgacho-français. Nous avons encore eu la preuve de cela à l’occasion de la Foire Internationale de Madagascar du mois de mai dernier qui a réuni le nombre record de 70 entreprises françaises sur le « pavillon France » ; opération organisée par le Service Economique de l’Ambassade de France et Ubifrance dont je salue également l’excellent travail.

Bientôt, nous accueillerons à Madagascar la réunion du conseil d’administration du Syndicat National des Agents de Voyages français du 12 au 16 décembre avec l’Office National du Tourisme de Madagascar. Une délégation composé de 15 présidents et directeurs généraux des plus grands tours opérateurs actifs en France viendra à Tananarive. Ils ont souligné que leur choix de se réunir à Madagascar « s’apparente à un signal limpide envoyé aux acteurs du tourisme sur le marché français ». Madagascar est aussi une destination touristique de premier plan dont le développement à long terme est engagé.

Je me réjouis particulièrement de l’organisation à Tananarive d’un évènement francophone qui est l’un de mes thèmes les plus chers. Vous n’ignorez pas que j’ai eu l’honneur d’être le Directeur de Cabinet de deux Secrétaires d’Etat à la Coopération et à la Francophonie, Jean-Marie Bockel et Alain Joyandet. La francophonie concerne 75 pays. Elle abrite 800 millions de personnes sur 5 continents, dont environ 250 millions parlent couramment le français. La francophonie, c’est un espace culturel, économique, social, politique en pleine progression, en pleine croissance, particulièrement en Afrique. Contrairement aux idées reçues, jamais on n’a autant parlé français dans le monde. Le français n’est pas la langue de quelques indigènes isolés et réfractaires au progrès. Le français est la langue d’un monde en mouvement et d’entreprises en quête de nouveaux marchés. La francophonie, c’est un immense réseau de personnes qui communiquent, échangent, font des affaires, s’aident et doivent aider les autres.

L’organisation Internationale de la Francophonie, sous la Présidence exceptionnelle d’Abdou Diouf, dont le mandat vient d’être renouvelé à Montreux, œuvre aujourd’hui pour l’Etat de droit et la démocratie, le développement économique, les droits de l’Homme et la diversité culturelle. Elle se met au service de l’économie et du développement dans le but d’améliorer les conditions de vie des citoyens de la planète.

Avant de conclure, je voudrai indiquer que nous allons assister dans quelques instants à la signature d’une convention de partenariat entre la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Madagascar (CCIFM) et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Rouen.

La CCIFM a été adjudicataire en Août 2010 d’un programme financé à hauteur de 1,5 million d’euros par l’UE dans le cadre de son programme Proinvest. Ce projet est destiné à renforcer les capacités des organisations intermédiaires des pays ACP de la zone Océan Indien pour leur permettre de donner un meilleur service à leurs entreprises adhérentes. Les pays concernés sont Madagascar, Maurice, les Comores (+ La Réunion et Mayotte).

La Chambre de Commerce et d’Industrie France Madagascar et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Rouen, qui ont par ailleurs des relations anciennes (premier accord en 2003), ont décidé de mettre en commun leurs compétences pour la réussite de ce programme.

Pour cela, elles organiseront de concert au bénéfice des entreprises :

-  des journées de rencontres professionnelles en mai prochain à Rouen,

-  des missions de compagnonnages à réaliser par des entrepreneurs de l’UE au profit des entrepreneurs des îles de l’Océan Indien.

Je salue l’engagement total de la CCI de Rouen pour ce programme.

Je remercie encore une fois les organisateurs de cette 36ème assemblée générale de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones en vous souhaitant des débats fructueux et aux entreprises d’excellents affaires !

PDF - 69.2 ko
Télécharger le discours au format PDF
Allocution de M. Jean-Marc Châtaigner,
Ambassadeur de France
à l’occasion de l’Assemblée Générale de la CPCCAF

Dernière modification : 31/10/2012

Haut de page