Coopération décentralisée : un nouveau partenariat

Le samedi 14 février, Monsieur Joseph Sinimalé, Président de la Communauté d’Agglomération du Territoire de la Côte Ouest, (EPCI) de la Réunion, et Monsieur Alain Sianala, Président de la Délégation Spéciale de la Commune Urbaine de Sainte-Marie à Madagascar, ont signé au Port, à la Réunion, une convention-cadre de coopération décentralisée entre ces deux territoires.

PNG

Cet accord d’une durée de 4 ans, renouvelable, vise au co-développement durable des deux territoires avec les cinq axes prioritaires suivants :

- Le développement économique et touristique ;
- La préservation de l’environnement et l’amélioration du cadre de vie ;
- L’aménagement durable et la valorisation du territoire ;
- L’animation culturelle et sportive et la solidarité numérique ;
- La mobilité et l’insertion des jeunes.

Cette coopération décentralisée encourage l’engagement citoyen des jeunes et les échanges entre opérateurs économiques, chercheurs, associations et acteurs socioculturels des territoires partenaires.

Par ailleurs, les deux collectivités s’engagent à favoriser, d’une part, la mobilité des jeunes et d’autre part, l’insertion professionnelle à travers des programmes de volontariats internationaux, de services civiques à l’international et de chantiers coopératifs d’insertion. Ces actions seront menées en étroite collaboration avec la société civile des deux pays.

Le TCO est déjà intervenu à Madagascar dans le cadre des coopérations décentralisées menées par les communes de La Possession (jumelée à Antanifotsy) et du Port (jumelée avec Tamatave). Il est à noter que le partenariat avec la commune urbaine de Sainte-Marie constitue le premier projet de coopération décentralisée porté directement par la communauté d’agglomération.

La Commune Urbaine de Sainte–Marie présente un profil intéressant à bien des égards pour la coopération décentralisée. Disposant d’une ligne aérienne directe avec La Réunion, l’île de Sainte-Marie entretient en effet des liens historiques étroits avec sa voisine réunionnaise.

Par ailleurs, l’insularité de cette Commune Urbaine l’expose à des problématiques similaires à celles rencontrées sur le Territoire de la Cote Ouest, du point de vue économique, environnemental et touristique. Territoire géographiquement restreint et enclavé, cette collectivité est apparue avec pertinence comme un véritable « laboratoire » potentiel d’actions de coopération décentralisée. Le TCO consacre un budget annuel de 55 000 € pour ses actions de coopération.

Dernière modification : 02/03/2015

Haut de page