Cyclone Giovanna : Soutien de la coopération militaire française.

Le mardi 14 février 2012, la côte Est de Madagascar était frappée par le cyclone tropical intense GIOVANNA, plus particulièrement entre les communes de Brickaville et Vatomandry, avant de traverser la grande île en passant au dessus de la capitale Antananarivo puis de sortir en soirée dans le canal du Mozambique dans la région de Morondava. _

Le vendredi 17 février 2012, le bilan provisoire de cette catastrophe s’élève à : _

- 23 décédées ; _

- 77 blessées ; _

- 1 disparu ; _

- 188 709 sinistrés ; _

- 39661 déplacés. _

Les dommages matériels se concentrent plus particulièrement sur les communes de Brickaville, Vatomandry, Mahanoro, Antananarivo, Moramanga, Mampikony. De nombreux établissements publics ont été gravement affectés par les vents forts. Outre le secours direct aux populations, une des priorités du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) est de remettre en état ces infrastructures afin de faciliter, le plus rapidement possible, le retour à la normale. _
JPEG _

Dés le stade d’alerte, la France a accompagné activement Madagascar dans la préparation de la crise qui s’annonçait puis dans sa gestion. Ce soutien s’est principalement réalisé par le biais de la coopération militaire franco-malgache à deux niveaux :

Avec l’emploi des forces armées et l’envoi de plusieurs détachements du Corps de Protection Civile afin qu’ils soient rapidement prépositionnés dans les régions visées par le cyclone. _
JPEG

Puis, avec le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) et plus particulièrement au sein de son centre crise (inauguré la semaine dernière en présence de monsieur l’ambassadeur de France). La présence d’un assistant technique français auprès des autorités malgaches a notamment facilité le déclenchement rapide de la charte satellitaire internationale "espaces et catastrophes majeures".

Par ailleurs, le navire "l’Albatros" de la marine nationale française, livrera le dimanche 19 février 2012 à Tamatave, 50 tonnes de fret humanitaire depuis la Réunion pour les sinistrés de la côte Est. Cette opération est plus particulièrement gérée par la Croix-Rouge malgache avec ses homologues de la PIROI (Plate forme d’Intervention Régionale de l’Océan Indien) et le BNGRC.

Dernière modification : 20/02/2012

Haut de page