Feuille de route - déclaration du porte-parole - 5 août 2011

Réponse du porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes à une question sur la décision d’Andry Rajoelina de procéder à la signature de la feuille de la route alors que la SADC n’a pas annoncé de date.

Au terme d’un long travail de terrain, à l’écoute des mouvements politiques et de la population malgache, la Médiation de la SADC a contribué à faire émerger un schéma de sortie de crise réaliste. A maintes reprises, la France a salué ce travail de la SADC, qui n’a ménagé ni son temps ni ses efforts pour parvenir à l’élaboration de cette « Feuille de route ».

La France renouvelle ses remerciements à la SADC et à la Médiation menée par le président Chissano pour la négociation de la « Feuille de route »validée par le sommet de Sandton.

Après deux ans et demi de difficultés institutionnelles, la sortie de crise est une priorité.

La France estime que la sortie de crise doit s’inscrire dans le cadre de la feuille de route qui a été paraphée par la majorité des sensibilités politiques malgaches.

Dans ce contexte, la France salue le discours du Président de la Haute Autorité de la Transition, qui entend mettre en œuvre la « Feuille de route » dans une démarche aussi inclusive que possible, tout en laissant ouverte la porte à tous ceux qui décideraient ultérieurement de la signer ou de l’appuyer.

La France appelle les autorités malgaches à prendre leurs responsabilités, en garantissant une bonne gouvernance des affaires du pays, le respect des droits de l’homme et l’organisation d’élections libres, crédibles et transparentes.

La France appelle la communauté internationale à permettre la bonne mise en œuvre de la « Feuille de route », afin de soulager les maux d’une population qui aura été trop longtemps victime des effets de la crise politique. Elle espère que la mission annoncée de la troïka de la SADC permettra de jeter les premières bases de cette contribution.

Dernière modification : 05/09/2011

Haut de page