Action humanitaire française à Madagascar

L’aide humanitaire française s’organise en étroite relation avec les représentants du monde associatif et les administrations concernées autour de plusieurs priorités : répondre aux besoins des populations en situation d’urgence critique, renforcer les capacités locales en matière humanitaire, proposer et mettre en œuvre des actions de prévention afin de consolider la résilience des populations et enfin, réévaluer périodiquement la pertinence des choix opérés en matière humanitaire.

L’aide alimentaire d’urgence

Depuis 2004, la France soutient le Programme Alimentaire Mondial (PAM) à travers des subventions qui se sont élevées à 1.7 M€ en 2013, à 400 000€ en 2014, à 200 000€ en 2015 et 1,5 M€ en 2016.

Ces actions permettent le renforcement des moyens de subsistance des communautés les plus touchées par l’insécurité alimentaire et apportent un soutien nutritionnel et alimentaire aux personnes les plus vulnérables, notamment au Sud de Madagascar, à travers :

  • l’approvisionnement de cantines scolaires, bénéficiant à plus de 30 000 enfants et orphelins ;
  • l’appui aux malades de la tuberculose et à leurs familles (93 000 personnes concernées) ;
  • des travaux de protection des moyens de subsistance dans les zones fragilisées par les cyclones et la sécheresse (plus de 100 000 personnes ciblées).

Le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes

La France appuie le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC), qui est l’organe de réflexion sur les stratégies à déployer. Il a créé avec le soutien de la coopération française.
Doté de moyens cartographiques et d’un puissant ordinateur dont l’architecture interne est spécifiquement dédiée aux opérations d’urgence, trois experts techniques internationaux français y travaillant dans le cadre de cette coopération.

La Plateforme d’Intervention Régionale de l’Océan Indien

Madagascar bénéficie également d’un dispositif de coopération régional original permettant aux pays partenaires de coopérer efficacement en cas de crise : la Plateforme d’Intervention Régionale de l’Océan Indien (PIROI) au sein de laquelle la France joue un rôle essentiel.
Créée en 2000, et composée, outre la FICR et le CICR, des sociétés de la Croix Rouge et du Croissant Rouge de la France, de Madagascar, de Maurice, du Mozambique, des Seychelles, des Comores et de la Tanzanie, la PIROI a signé avec la Commission de l’Océan Indien un accord régional de partenariat, afin de mettre en commun les compétences, les connaissances et les expériences de chacun pour une meilleure prévention et réponse plus efficace aux catastrophes naturelles dans l’Océan Indien.

Le centre de crise du Ministère des Affaires étrangères et du développement international français

En cas de crise/situation d’urgence, la France peut également - sur sollicitation de l’État malgache - mettre en œuvre les moyens gérés et coordonnés par le Centre de Crise et de soutien du Ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI) : envoi d’équipes de secours, expédition de matériels humanitaires, appuis financiers aux ONG urgentistes, etc.

Dernière modification : 27/09/2016

Haut de page