L’enseignement du français, une priorité de la coopération au sein des écoles de la gendarmerie malagasy.

Accru par la récente affectation de deux formateurs supplémentaires mis en place par le Conseil Général de la Réunion, en complément de la formatrice en langue étrangère encore en poste sur Moramanga jusqu’à mi-juin, le perfectionnement dans la langue de Molière demeure une priorité des pandores malgaches.

JPEG

En poste depuis bientôt neuf mois à l’école supérieure de la gendarmerie nationale (ESGN) implantée à Moramanga, Melle Adèle Gillois, professeur de français en tant que langue étrangère, arrive au terme de son contrat. Dynamique et véritablement passionnée par son métier, très expérimentée grâce à des séjours préalables dans d’autres pays du globe, elle s’est attachée à perfectionner les stagiaires des six centres de formation et les cadres et instructeurs de l’ESGN en leur proposant des programmes spécifiques, adaptés à leurs différents emplois.

On peut également relever l’enthousiasme affiché lors de son détachement auprès de la circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale de Diego-Suarez, début 2014, au cours duquel elle a fait bénéficier de ses compétences les militaires de la gendarmerie mais également leurs épouses et enfants.

Au total, Mme Gillois a enseigné le français à trois cents militaires de la gendarmerie. Elle peut être légitimement fière de l’excellent travail accompli au sein du détachement de gendarmerie de coopération de Moramanga et, avec 96% de taux de réussite affiché par les vingt-neuf candidats de l’ESGN présentés aux épreuves Delf et Dalf du mois de novembre 2013.

Parallèlement, cette fin de mission coïncide avec la mise en place simultanée de deux nouveaux formateurs en langue française puisque dans le cadre de la coopération bilatérale Réunion- Madagascar, le conseil général de ce département français ultra-marin accorde le concours de deux formateurs, Alexandre Pothin, en place à l’ESGN de Moramanga depuis avril, pour une période de six mois minimum, et José-Bruno Randrianasolo à l’école de la gendarmerie nationale d’Ambositra (EGNA), pour une période d’une année minimum.

Cette aide précieuse va permettre de renforcer l’action de la coopération tant dans le domaine du perfectionnement du français que dans celui de la pédagogie pour les instructeurs, en intervenant sans discontinuer tout au long de l’année. Bienvenue au sein de la grande Maison de la Gendarmerie à ces deux formateurs, en attendant le renfort de la nouvelle FLE en septembre prochain.

Dernière modification : 02/09/2014

Haut de page