L’université d’Antananarivo entre dans l’ère numérique grâce au soutien de la Coopération française

Ont été inaugurées le mercredi 29 août 2012, en présence du Directeur de cabinet du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et du Conseiller de Coopération et d’action culturelle, accompagné de son adjointe, les nouvelles infrastructures numériques de l’Université d’Antananarivo, auxquelles la coopération française a largement contribué au travers de son projet FSP MADES.

Grâce à ces financements, l’université d’Antananarivo offre désormais à l’ensemble de la communauté enseignante et étudiante, un centre de formation, un centre de ressources informatiques ainsi qu’une salle de visioconférence ultramodernes lui permettant de rénover ses pratiques pédagogiques (enseignement à distance, conférences virtuelles, soutenance de thèse à distance, accès aux ressources numériques mondiales,etc).

Par ailleurs, l’université est connectée depuis juillet 2012 au réseau national malgache de l’éducation, i RENALA, qui connecte les différentes universités et Centres de recherche malgaches entre eux et à l’international en très haut débit via un réseau en fibre optique (25Mb/s). Le projet MADES a été pionnier dans l’accompagnement numérique des universités malgaches et a déjà équipé en visioconférence l’ISTRAM d’Ambositra et les universités de Fianarantsoa , de Toamasina et maintenant d’Antananarivo. Au final, la Coopération française a investi plus de 800000 euros dans l’accompagnement numérique de l’Enseignement supérieur malgache dont 330000 euros pour la seule université d’Antananarivo
M. Jean-Jacques RAKOTOARISON, Directeur de cabinet du MESupReS, et M. Philippe Georgeais, Conseiller de coopération et d'action culturelle de l'ambassade de France, inaugurent le Centre de Ressources Informatiques (CRI) de l'université. - JPEG
4 sites dédiés au « tout numérique » complémentaires

Le coeur du réseau très haut débit:La bibliothèque universitaire accueille en ses murs le coeur du réseau (NOC) de l’université. Relié à 38 bâtiments répartis sur le campus par un réseau sous-terrain en fibre optique très haut débit(25Mb/s), ce coeur du réseau qui connecte l’université au NREN malgache, i RENALA, offre aux étudiants, aux enseignants et au personnel administratif de nouvelles possibilités et un confort de travail sans précédent. La mise en place des réseaux universitairesa été financée par le projet MADES, dont celui d’Ankatso, à hauteur de 500 millions d’Ariary.

Les centres de formation et de ressources informatiques:Grâce à l’arrivée du très haut débit par le raccordement de l’université au réseau i RENALA, deux salles numériques ont pu être implantées sur financement français : l’une, dédiée à la formation est essentiellement destinée aux enseignants-chercheurs et compte 40 postes informatiques tandis que l’autre ,connectée en wifi est à destination des étudiants qui disposent de 150 postes informatiques libres d’accès.
L'un des 40 postes informatiques financés par la Coopération française (salle de formation). - JPEG

La salle de visioconférence : appelée également « Salle des thèses » a été dotée à hauteur de 15000 euros, toujours par la coopération française, d’un équipement ultramoderne (système de visioconférence, sonorisation, matériel de projection, ordinateur portable, tableau numérique...) ainsi que de tout le mobilier nécessaire. Ce nouvel espace permettra, la participation à des colloques internationaux, soutenances de thèses, conférences, mais également à des enseignements à distance . Une démonstration avec l’IST d’Ambositra a été à cet effet réalisée pendant l’inauguration.

Un investissement conséquent qui doit permettre l’accélération de la refonte de l’Enseignement supérieur :

Si la Coopération française a apporté depuis de nombreuses années son concours à l’enseignement supérieur et la recherche malgache, c’est qu’elle est persuadée que le développement passe par la formation de son élite, et que les jeunes de ce pays doivent pouvoir disposer des mêmes moyens que leurs congénères du monde entier, tant en terme d’accès à l’information scientifique qu’en terme de cursus rénovés.

Aujourd’hui, l’université d’Antananarivo possède les outils qui pourront lui permettre le basculement de son système universitaire vers le modèle LMD. En effet la mise en place de cette réforme conditionne l’intégration de l’enseignement supérieur et de la recherche malgache dans la mondialisation du savoir afin de maintenir les passerelles indispensables à la mobilité de ses étudiants et de ses enseignants-chercheurs à l’international.

Les acteurs de la Coopération universitaire franco-malgache devant la nouvelle salle de visioconférence de l'université. De gauche à droite : M. Abel ANDRIANTSIMAHAVANDY , Président de l'université d' Antananarivo, Mme Véronique DE ROHAN-CHABOT, Conseiller adjoint de coopération et d'action culturelle de l'ambassade de France, M. Philippe GEORGEAIS, Conseiller de coopération et d'action culturelle de l'ambassade de France, M. Xavier GIROD, Chef du projet MADES, et M. Jean-Jacques RAKOTOARISON, Directeur de cabinet du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. - JPEG

Lien Madarevues

Dernière modification : 03/09/2012

Haut de page