Le risque industriel à Madagascar

Il y a quelques mois, Toamasina a échappé à une catastrophe liée à une fuite d’ammoniac sur la friche industrielle de l’ancienne usine Zeren, laissée à l’abandon depuis bien des années.

JPEG

En effet, des récupérateurs de métaux ont failli percer deux cuves contenant 26 tonnes d’ammoniac en essayant de démanteler une cuve vide à proximité. Pendant ce temps, des enfants, inconscients du danger, jouaient au football à moins de 100 mètres…

Traditionnellement, Madagascar attend la saison cyclonique avec anxiété, mais elle sait aussi se préparer activement grâce, notamment, à sa politique de Réduction et Gestion des Risques et des Catastrophes (RRC et GRC). Mais avec l’évolution progressive de l’environnement économique, industriel et sociétal, de nouveaux risques sont apparus : les risques industriels et technologiques. Or il n’existe pas de réglementation spécifique pour cela, une carence que les pouvoirs publics et les autorités locales ne pouvaient laisser en l’état.

Après un audit des Nations-Unies et de la France à Toamasina, un projet de réalisation du premier Plan Particulier d’Intervention (PPI) concernant le risque de fuite d’ammoniac à Ambatovy est donc né et établi pour pallier aux conséquences d’un incident ayant des répercussions à l’extérieur du site. Une équipe, composée de deux experts français des Formations Militaires de la Sécurité Civile, mandatés par la Direction de la Coopération de Sécurité et de Défense (DCSD), quatre spécialistes nationaux malagasy, sous la houlette d’un coordinateur du Bureau National de gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC), ainsi que le Comité Régional de Gestion des Risques Industriels (CRGRI), s’est attelée à cette tâche ardue, du 11 septembre au 5 octobre 2013.

JPEG

Un proverbe malagasy dit : "Seul, on est à la merci du danger, mais ensemble on peut facilement braver l’ennemi le plus redoutable". C’est ce principe qui a été appliqué en rassemblant l’ensemble des acteurs du risque autour de la table, pour mettre au point une méthodologie de réaction face à un événement catastrophique.

Grâce à la synergie parfaite entre tous les acteurs, unis dans un même désir de réussite, pour mieux protéger la population et profitant de la présence des experts français, un deuxième PPI a également été rédigé pour la destruction de l’ammoniac présent dans les cuves de l’usine Zeren.

Ces PPI sont en cours de signature par les autorités locales et le 19 octobre 2013, les opérations de démantèlement, des cuves de Zeren par brûlage de l’ammoniac, gracieusement financées et réalisées par Ambatovy, ont pu commencer. La population avoisinante va pouvoir être libérée de cette épée de Damoclès au-dessus de leur tête.

Dans un avenir très proche, d’autres risques seront ajoutés au PPI Ambatovy et d’autres PPI pourront voir le jour. Madagascar, soutenue par la communauté internationale, s’inscrit dans une réelle dynamique de maîtrise de tous les risques, pour la sauvegarde de sa population.

JPEG

Dernière modification : 21/10/2013

Haut de page