Partenariat Mondial pour l’Education : don de 85.4 millions de dollars pour soutenir l’Education Pour Tous à Madagascar

"Ensemble, nous devons nous assurer que tous les enfants, en particulier ceux qui sont vulnérables et ceux qui vivent dans des zones reculées, puissent aller à l’école, qu’ils aient des enseignants efficaces, et qu’ils apprennent pour pouvoir à leur tour contribuer au développement de leurs communautés et de leur pays" (Alice Albright, Directrice générale du GPE).

Le Partenariat Mondial pour l’Education (GPE) a annoncé ce jour son accord pour l’octroi d’un don en faveur du système éducatif Malgache pour un montant équivalent à 85.4 millions de dollars.

Ce don appuiera les priorités identifiées par le Plan Intérimaire pour l’Education (2013-15), adopté en Février 2013 par le Ministère de l’Education Nationale et endossé par les principaux partenaires techniques et financiers présents à Madagascar.

Ce don sera mis en œuvre par le Ministère de l’Education Nationale pour une durée de 3 ans à partir du mois d’octobre 2013.

Ce don vise à préserver l’accès des enfants de Madagascar aux services d’éducation de base, gravement menacés par les effets d’une crise économique et politique prolongée. En effet, alors que les effectifs au primaire ont quasiment doublé entre 2002 et 2008, le Plan Intérimaire de l’Education constate que ces effectifs ont fortement ralenti et même chuté à partir de 2009, et ce pour la première fois depuis dix ans. Par ailleurs, deux tiers des enseignants au niveau primaire sont désormais des enseignants communautaires (enseignants FRAM), qui n’ont reçu aucune formation officielle adéquate et dont les salaires font peser une charge additionnelle sur les ménages.

Le risque de voir le système se détériorer davantage est réel et constitue une menace sérieuse sur la capacité du pays à rebondir après la crise, et à reprendre une trajectoire qui lui permettrait de s’approcher des objectifs de l’Education pour Tous. Compte tenu de la gravité et de l’urgence de la situation, le GPE et ses partenaires techniques et financiers ont jugé important de soutenir la mise en œuvre du Plan Intérimaire pour l’Education au travers de ce don.

Le GPE et ses partenaires tiennent à préciser que ce don a comme unique but celui de participer aux efforts d’amélioration de l’éducation à Madagascar dans un contexte de crise prolongée. En aucune manière, cette contribution ne saurait être rapprochée de la situation politique actuelle ni représenter un soutien ou une reconnaissance en faveur de quelque mouvement politique que ce soit.

La contribution du GPE appuiera notamment : la prise en charge partielle des subventions aux enseignants communautaires à partir de l’année scolaire 2013/14 ainsi que leur formation, la distribution de kits scolaires pour tous les élèves des écoles primaires publiques à partir de la rentrée 2014/15, l’allocation de subventions complémentaires aux caisses écoles à destination des écoles primaires publiques, la construction de nouvelles salles de classes, et le fonctionnement des cantines scolaires dans les régions les plus touchées par l’insécurité alimentaire.

Le don du GPE contribuera également au renforcement des capacités de planification du Ministère aux niveaux central et déconcentrés et appuiera la formulation d’un Plan Sectoriel élargi à l’ensemble du secteur de l’éducation à l’horizon 2016.

Ce don du GPE bénéficiera ainsi à environ 2 millions d’enfants, près de 24 000 enseignants, et 14 500 écoles primaires de Madagascar, en coordination avec les autres partenaires techniques et financiers intervenant dans le secteur de l’éducation pour la même période.

"Au Partenariat mondial pour l’éducation, nous nous réjouissons de continuer notre collaboration avec tous les partenaires du secteur de l’éducation afin d’améliorer la qualité de l’apprentissage pour les enfants de Madagascar", a déclaré Alice Albright, Directrice générale du GPE. "Ce nouveau financement sera utilisé pour des activités essentielles en appui au plan sectoriel de l’éducation du pays. Il fait suite au soutien apporté depuis 2006. Ensemble, nous devons nous assurer que tous les enfants, en particulier ceux qui sont vulnérables et ceux qui vivent dans des zones reculées, puissent aller à l’école, qu’ils aient des enseignants efficaces, et qu’ils apprennent pour pouvoir à leur tour contribuer au développement de leurs communautés et de leur pays" a-t-elle ajouté.

Dernière modification : 30/05/2013

Haut de page